Accueil » Maladie de l’érable : Quoi faire ?

Maladie de l’érable : Quoi faire ?

maladie de l'érable - taches noires sur les feuilles

Nous entendons beaucoup parler de l’agrile du frêne, cet insecte ravageur qui s’attaque aux frênes mais, finalement, l’actualité fait peu état des maladies pouvant toucher les érables. Pourtant, ce symbole fort peut se retrouver fragilisé par de nombreux champignons ou parasites.

Toutes les maladies de l’érable ne sont pas synonymes de mort pour l’arbre. Les spécimens sont robustes et offrent une grande résistance aux maladies. Mais dans certains cas, plusieurs gestes et traitements sont à poser rapidement, afin de les soigner sans les affaiblir. Heureusement, les connaissances en arboriculture – de plus en plus importantes – permettent d’identifier les différentes maladies, et de prodiguer des soins et des mesures de prévention adaptés.

Tache goudronneuse de l’érable, verticilliose, maladie de la suie sont les principales infections à surveiller chez nos érables. Et comme la meilleure façon de les protéger reste encore la prévention, nous vous présentons ici ces maladies, leurs causes, leurs conséquences et les traitements éprouvés.

Focus sur les trois principales maladies de l’érable

Tache goudronneuse de l’érable, verticilliose, maladie de la suie : définitivement des noms à retenir, et pas pour les bénéfices qu’ils apportent aux arbres !

Tache goudronneuse de l’érable

La première maladie de notre liste est la tache goudronneuse de l’érable. Causée par des champignons du genre Rhytisma, elle fait le malheur de l’érable à sucre, de l’érable rouge, de l’érable argenté, et également de l’érable de Norvège, espèce ornementale très fréquente en milieu urbain. Impossible de ne pas la remarquer, car – comme son nom l’indique – elle provoque l’apparition de taches noires sur la face supérieure des feuilles, d’apparence goudronnée et pouvant atteindre 3 cm de diamètre.

Présente dans la plupart des pays de l’hémisphère Nord, elle prolifère très rapidement, surtout lorsque le temps très humide empêche les feuilles de sécher. Les champignons survivent à l’hiver sur les feuilles infectées tombées au sol. Au printemps, les spores produites infectent les nouvelles feuilles, qui commencent à se couvrir de taches pâles ou jaunâtres. Au milieu de l’été, des taches deviennent donc noires et aussi boursouflées, puisque les filaments du champignon se mêlent aux tissus des feuilles. Les tissus situés sur la face inférieure finissent par brunir ou jaunir également.

Si cette infection est impressionnante d’un point de vue esthétique, elle n’est pas une menace pour la survie de l’arbre. Bien sûr, l’arbre peut se dessécher et son feuillage peut tomber prématurément vers la fin de l’été, mais sa santé n’est aucunement en péril.

Verticilliose de l’érable

Avec la verticilliose, c’est une autre paire de manches! Elle est également causée par un champignon, du genre Verticillium, et provoque le flétrissement des feuilles et des branches, et éventuellement de l’arbre en entier. Cette maladie n’est pas toujours fatale, mais les risques que l’érable meure à la suite de l’infection sont nettement plus grands qu’avec la tache goudronneuse. Très présente au Nouveau-Brunswick, en Ontario, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Québec, elle apparaît généralement au milieu de l’été.

Elle peut toucher tous les érables, mais les érables japonais y sont particulièrement sensibles. La contamination se fait par le sol, par l’intermédiaire de champignons pathogènes qui parviennent à survivre sous terre pendant de longues périodes de temps. Ces derniers entrent en contact avec les racines et remontent dans l’arbre par le système vasculaire. Les substances qu’ils produisent obstruent les vaisseaux et empêchent le passage de la sève, ce qui entraîne donc le flétrissement et une coloration brun-rougeâtre très caractéristique.

Maladie de la suie chez l’érable

Terminons avec la maladie de la suie, encore causée par un champignon, et qui assèche littéralement le tronc et les branches de l’arbre. Le symptôme qui devrait vous mettre la puce à l’oreille est le jaunissement et l’assèchement des feuilles, qui surviennent après une période de sécheresse, de plus en plus fréquente de nos jours. L’année suivante, l’écorce se boursouffle et craquelle, laissant s’échapper une fine poudre couleur suie, qui est en fait les spores. Pas de fin heureuse ici, parce qu’au printemps suivant, l’érable sera mort.

Soigner les érables : prévention, traitement, gestes à adopter

Selon le type de maladie qui atteint l’arbre, le traitement sera différent. Il faut aussi se faire à l’idée que selon l’état d’avancement de l’infection, il est possible que l’arbre soit condamné. Dans ce cas, il s’agira plus de protéger les habitations et les personnes des possibles chutes de branches.

Dans le cas de la tache goudronneuse de l’érable, il n’existe pas de traitement spécifique. On veillera plutôt à ramasser les feuilles mortes et à s’en débarrasser, pour éviter la propagation du champignon. Aussi, un élagage pourrait contribuer à prévenir l’infection, puisqu’en éclaircissant les branches, l’air circule mieux et cela favorise un séchage plus rapide du feuillage. L’infection ne sera sans doute pas totalement éliminée, mais fortement réduite.

Pour la verticilliose, il n’existe aucun traitement vraiment curatif. Malgré cela, supprimer les parties contaminées, nettoyer soigneusement le matériel qui a pu entrer en contact avec la maladie par un rinçage à l’eau (sécateur…), et arracher du jardin les résidus de plantes atteintes (de préférence, les brûler) sont de bons gestes à adopter pour éviter une propagation trop importante. On recommande en revanche de ne pas couper les branches flétries, car il est possible qu’elles puissent repartir la saison suivante.

La maladie de la suie conduit généralement à un abattage des arbres, puisque ceux-ci sont condamnés et que les risques de chutes de branches augmentent. En aucun cas, vous ne devriez toucher un érable atteint ou à la suie qui s’échappe de son écorce. En effet, les spores sont très volatiles et peuvent entraîner des problèmes respiratoires.

Contacter un arboriculteur certifié

Que ce soit pour un diagnostic ou un traitement, les maladies de l’érable requièrent une expertise poussée que seul un professionnel en arboriculture pourra vous donner. Que ce soit pour prendre soin de vos arbres, ou pour les abattre de manière propre et sécuritaire, les professionnels de Émondage SBP sont tout indiqués pour vous expliquer concrètement la situation et vous guider, afin que vous puissiez prendre la meilleure décision pour vos érables.

 

Sources :
https://m.espacepourlavie.ca/carnet-horticole/ravageurs-et-maladies/tache-goudronneuse-de-lerable?lang=fr
https://plandejardin-jardinbiologique.com/maladies-parasites-des-erables.html
https://mffp.gouv.qc.ca/les-forets/protection-milieu-forestier/protection-forets-insectes-maladies/maladies-fiches/tache-goudronneuse-erable/